A quoi sert un bilan morphologique ?

Man-with-impaired-posture-ideal-bearing

Quesako ?

Le bilan morphologique comme son nom l’indique est tout d’abord un bilan. Un check up de notre corps, il nous permet de constater de façon relativement simple si tout va bien…ou pas.

En effet, parfois des déséquilibres musculo squelettiques peuvent entrainer des douleurs localisées, un affaissement ou une hypercyphose pour ne prendre que quelques exemples. Si l’on ne fait rien, le phénomène va s’aggraver.

A quoi sert t’il ?

Tout d’abord un bilan morphologique simple permet de constater rapidement l’endroit (ou les endroits) problématiques. Ensuite, il suffit de corriger ces « défaillances ». Pour être concret, prenons l’exemple du grand dorsal. Rétracté (raccourci), il amène les épaules en avant et donne par conséquent cet air vouté (et plus encore si le petit pectoral est lui aussi rétracté, ce qui va souvent de pair). Il peut être source de petites douleurs (dorsalgie, cervicalgie..).

Que faire ?

Les réponses sont multiples :

  • Etirements passifs :  Pour cette « pathologie », l’astuce la plus simple et rapide consiste à l’étirer. Un étirement simple à réaliser est de se positionner en décubitus dorsal (allongé sur le dos). Les fessiers si possibles collés contre un mur, les jambes impérativement tendues en l’air contre le mur. Le corps forme dans la mesure du possible une équerre. Les bras sont tendus, les coudes près des oreilles, le but est de toucher (si possible) le sol. La position doit être maintenue plusieurs minutes, c’est un exercice de détente qui étire non seulement le grand dorsal, mais l’ensemble des muscles postérieurs (ischios, mollets, lombaires, dorsaux, ceinture scapulaire)…pourquoi se priver d’un si bel étirement ?
  • Etirements actifs :   Se positionner contre une porte ouverte ou un montant comme sur la photo ci-après (de façon à laisser les bras passer de chaque côté en arrière du tronc). Descendre le bâton (un manche de balais fera très bien l’affaire) tout en conservant continuellement et impérativement le contact avec le montant. Le mouvement doit être réalisé en amplitude complète (bras tendus en haut et poser le bâton à hauteur de la nuque en bas). Effectuez un marquage sur la position de vos mains et inscrivez un marquage tous les 10 cm sur le bâton. L’objectif est de rapprocher ses mains semaine après semaine. Réalisez trois fois 15 répétitions. En trois mois, à raison de trois fois par semaine la progression est importante et…les bienfaits pour votre santé aussi.

bilanmorphologique

  • Exercices à réaliser et d’autres à éviter : Il faut pour conclure opter pour un travail en amplitude complet et bien entendu ne pas négliger les règles de bases que sont l’échauffement, une bonne hydratation et les étirements à l’issue de la séance (ou un peu plus tard) et faites appel à un coach sportif forme et santé Domicil’Gym pour vous accompagner dans la pratique d’une activité physique et sportive.  La logique veut que nous évitions les exercices qui vont projeter les épaules en avant, ainsi, par exemple le curl au Larry Scott ne semble pas particulièrement bien indiqué. Les adaptes du « pectoraux-biceps » 4 fois par semaine sont victimes de ce « syndrome ». Il faut privilégier de manière générale les exercices qui ouvrent la cage thoracique (exemple : exercice avec bâton, le tirage à la poitrine poulie haute, ..)http://coach-royan.domicilgym.fr

Demandez conseil à votre coach sportif :

http://coach-royan.domicilgym.fr/

Cartouche RONAN LE PARANTHOEN

 

 

 

Categories: 3- Conseils santé, 4- Conseil forme, 5- Sports à domicile

Les commentaires sont désactivés