Commencez à courir avec plaisir et sans risque : quelques conseils.

Quand il s’agit de courir, il y a deux grands camps : les addicts du plaisir et les désemparés de la souffrance. Sachez que nous débutons quasiment tous avec de la difficulté ou du moins des capacités limitées à courir vite et longtemps. Tout débutant possède une faible aptitude d’effort à la source souvent de périodes plus désagréables durant la séance. Toutefois, plusieurs points permettent à chacun de débuter en course à pied sans souffrance, ni risque et avec un maximum de plaisir.

Restez prêt de chez vous

Sentiers, parcs, forêt ou tout simplement votre quartier favori, privilégiez un terrain plat où vous pourrez vous imprégner du paysage. Courrez lentement, n’hésitez pas à vous arrêter pour observer les points remarquables du lieu.

Economisez votre énergie

Certes vous souhaitez courir, pour autant il faut savoir aussi adapter son allure et parfois marcher lorsque des obstacles importants se présentent à vous. C’est d’ailleurs le cas dès qu’une côte à fort pourcentage ou longue est sur votre parcours, vous y gagnerez à marcher pour la suite de votre séance (ou de votre course). Relâchez-vous un maximum dans les descentes.

Hydratez-vous pendant l’effort

Avec ne serait-ce qu’1% de perte hydrique, la performance est fortement altérée. Plus la séance dure, plus l’hydratation prend du sens, devenant indispensable au delà d’1 heure d’effort. En tant que débutant, prenez l’habitude de boire de petites gorgées, deux à trois maximum, tous les 15-20 minutes dès vos premières sorties. Plus votre niveau augmentera, plus un plan hydrique devra être mis en place afin de boire, ni trop, ni trop peu.

Une difficulté progressive pour un plaisir durable

Pour les non initiés, courir sur sentiers est déjà un challenge. Lorsque vous aurez atteint un bon niveau de compétence et de confiance sur terrains plats dont des sentiers, le moment sera venu d’introduire des pentes raides. Toutefois, ajoutez des difficultés avec parcimonie. La course sur sols variés mobilise les muscles différemment que sur le bitume. C’est également le cas lors des montées et des descentes qui sollicitent fortement notre système musculaire. Veillez donc à les introduire progressivement, au départ 5 à 10 mn maximum.

Voici un exemple de progression sur plusieurs semaines. Personnellement, j’évite de trop courir sur du bitume que je juge trop contraignant pour mes articulations. Intégrez la catégorie suivante, petit à petit, pour devenir capable de courir de grandes distances dessus :

bitume > pelouse > sentier > sable humide ou terre battue > sable sec

Je suis coach sportif Forme et Santé à domicile et en entreprise, mon rôle est de vous accompagner quelque soit votre âge, votre style ou votre condition physique à atteindre vos objectifs. Pour plus d’informations, contactez-moi !

http://coach-evreux.domicilgym.fr/

Cartouche Brigitte Chardenal

Categories: 4- Conseil forme

Les commentaires sont désactivés