Pourquoi les régimes* produisent un “Effet Yoyo”?

L’effet yoyo : Késako ?

Nous avons déjà pour beaucoup expérimenté l’effet yoyo. Mais savez-vous ce qu’il se passe dans votre corps et pourquoi cet effet est presque inévitable ? Comment lutter contre cet effet ? Le terme « effet yoyo » est tout à fait adapté au phénomène que nous pouvons observer lors d’un régime amincissant : une perte de poids rapide suivie d’une reprise de poids plus ou moins immédiate et importante à la fin de ce régime. Avant toute chose, il est important de savoir ce qu’est le poids de forme.

 

Le poids de forme :

Le poids de forme est le poids pour lequel vous êtes programmé(e) génétiquement. Cela signifie que toutes les réactions biochimiques de votre corps, paramétrées selon votre poids, sont basées sur ce poids de forme. Si votre poids réel est différent de votre poids de forme, ces réactions ne sont pas adaptées à celui-ci, ce qui peut engendrer des dysfonctionnements et altérer votre santé dans le temps. Votre corps, fonctionnant plus facilement à ce poids de forme, mettra tout en œuvre pour y revenir (si vous avez perdu ou pris du poids).

Le poids de forme n’est pas forcément le poids que l’on souhaite atteindre : il peut se situer dans la maigreur, le surpoids ou l’obésité, cependant, il est plus fréquemment en zone de poids dite « standard ». Afin de connaître votre poids de forme, je vous recommande d’observer vos antécédents personnels et familiaux.

 

L’effet yoyo :

Détaillons maintenant ce qu’il se passe lors d’un régime amincissant à l’aide de la frise ci-dessous :

Partons du principe que votre poids en début de « régime[1] » est supérieur à votre poids de forme (PDR = 85 kg ; PF = 75 kg). Vous choisissez de réduire vos apports énergétiques afin de perdre le poids que vous jugez en excès. Vous allez donc naturellement (en dehors de toute pathologie) perdre du poids et vous allez atteindre votre poids de forme.

Cependant, comme vous vous êtes fixé(e) un objectif plus important (PC = 65 kg), vous poursuivez vos efforts pour atteindre votre objectif, sans tenir compte des signaux que vous envoie votre corps. Vous luttez contre les fringales, contre la gourmandise et vous refusez tout plaisir alimentaire, ce qui épuise votre corps, tant physiquement que psychologiquement. Puis vous atteignez le poids critique de craquage (PCC = 70 kg). A ce moment-là, ce que vous ressentez est normal et humain : vous avez envie de manger tout ce que vous trouvez chez vous, et surtout ce qui est gras, sucré et salé car votre corps a besoin de ces nutriments après une longue période de privation.

Vous reprenez donc petit à petit le poids perdu. Par ailleurs, votre corps ayant subi à son échelle une période de « famine », vous stockerez davantage d’énergie sous forme de graisse qu’habituellement pour prévenir une autre période de privation qui pourrait arriver prochainement. De plus, le sentiment d’échec pousse souvent à consommer davantage d’aliments énergétiques (c’est l’alimentation émotionnelle). C’est pourquoi le poids repris après un « régime » est généralement supérieur au poids de début de « régime » (PPR = 90 kg).

Il est donc primordial de vous reconnecter à vos sensations alimentaires pour perdre du poids sereinement et pour ne pas le reprendre par la suite. Pour cela, n’hésitez pas à faire appel à un professionnel de la diététique qui vous accompagnera et vous guidera dans votre démarche.


[1] Par extension, nous parlons ici des régimes restrictifs, rapides, hypocaloriques, où les prises alimentaires sont arbitraires, contrôlées et déconnectées de vos sensations de faim et de satiété.

 

Pour plus d’informations sur le sujet ou disposer de conseils diététiques, n’hésitez pas à me contacter via la page Facebook DG’Diet

Jennifer BRIENS – Diététicienne Domicil’Gym ® – DG Diet

Categories: 3- Conseils santé

Les commentaires sont désactivés